Emplois et zones d'activité

EMPLOIS ET ZONES D'ACTIVITES


Entrepot

Un entrepôt de logistique à Saint Witz



 

Quelques chiffres à partir des recensements INSEE de 2008 :

 

A St Witz les habitants sont :

à 34,3% des cadres

à 7,9% des chefs d'entreprises et assimilés

à 30,5% des professions intermédiares

à 19,5% des employés qualifiés

 

Seuls 12,2% travaillent à St Witz. On pourrait quasiment les citer nominativement.

Il s'agit du personnel communal, des indépendants, des enseignants logés sur la commune, des pompiers, des entrepreneurs qui ont mis leur siège à leur domicile...

Tous les autres travaillent hors commune, et souvent très loin.

 

Pourquoi ?

Car nos zones d'activités ne correspondent pas aux besoins d'emplois des wéziens.

L'architecte qui a rédigé le PLU dit qu'il y a ''une inadéquation entre l'offre d'emploi des entreprises implantées sur le territoire communal et l'employabilité des actifs qui y habitent''

Le constat est juste.

Mais ses recommendations qui résultent de ce constat nous semblent peu pertinents, si on veut augmenter les offres d'emplois pour les wéziens .

Pour lui, il s'agit d'augmenter la taille de la zone hôtelière,

Et étendre deux zones d'activités principalement dédiés à la logistique et à la grande distribution.

 

Bon ! Ceci est bien pour les autres communes d'avoir des postes de cuisiniers , serveurs, femmes de chambres, caissières, approvisionneurs, magasiniers, cariste, chauffeurs de camions ... mais si l'objectif est de diminuer le nombre de demandeurs d'emploi (qui est relativement faible) sur la commune, ce n'est peut être pas la solution idéale.

 

Notre proposition, est d'utiliser, si nous le souhaitons, les terrains possibles aux nouvelles implantations industrielles, à des activités à haute valeur ajoutée, plus propices à l'emploi de wéziens.

 

En poursuivant son raisonnement (typologie des habitants par rapport aux emplois disponibles), l'architecte propose de faire des logements sur la commune correspondant aux nouveaux emplois créés, qui eux même correspondent à ceux existants.

Globalement il s'agit d'habitations de plus faibles dimensions, sur des terrains plus petits, et donc d'un coût supportable en location ou en achat par des familles aux revenus modestes. Comme le dit pudiquement l'architecte ''diversifier l'offre de logements''.

 

Cela revient aux HLM (voir l'article SRU et sur les HLM) Le problème n'est pas la qualité des logements, que nous pouvons maitriser (ils peuvent être très beaux). Mais l'affectation des logements, qui correspond à des critères legaux, et n'est que très peu de notre ressort. A part choisir la famille Dupont, plutôt que la famille Durand, et encore en étant pas tout seuls à décider...

 

La ville de Survilliers, qui respecte ses quotas de HLM, nous a largement parlé des nombreux problèmes que cela pose localement.

 

(Voir nos autres articles techniques qui ont un lien avec ce sujet. La problématique est complexe. C'est un puzzle dont peu de wéziens ont toutes les pièces)

 

Commentaires (2)

1. Wézien curieux 05/02/2014

.... c'est à dire : des cuisiniers , serveurs, femmes de chambres, caissières, approvisionneurs, magasiniers, cariste, chauffeurs de camions ...

... dont le montant des revenus les conduisent à recourir à des HLM ... locaux !

C.Q.F.D.

2. Gérard 09/12/2013

Emploi, domicile, et transport sont effectivement liés. En Ile de France ça court dans tous les sens.
Beau sujet de BAC : Faut il avoir des habitants adaptés aux emplois, ou des emploi adaptés aux habitants ?
L'architecte a rendu sa copie. C'est la première solution. Je fais venir de nouveaux habitants adaptés aux emplois existants...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site